Premièrement, commençons par définir ce que signifie être écolo? Être écolo c’est prendre en considération le respect de l’environnement et du développement durable. C’est une manière engagée de vivre sainement et de lutter pour un environnement sain et prospère qui garantit le bien-être de tous. Pour s’y mettre, il faut d’abord connaître les principes de base, soient les trois R; réduire, réutiliser, recycler.

R #1 : RÉDUIRE

1.1. Repenser et questionner
Avant toute chose, il est nécessaire de repenser notre façon de consommer. Depuis des décennies, l’être humain consomme en mode automatique. C’est-à-dire qu’il achète et jète sans se soucier des impacts engendrés par son geste. Ce qui résulte en un problème de surconsommation et une dégradation de l’environnement. Il est donc important de remettre en question nos besoins et d’arrêter de consommer sous l’impulsion.

Pour cela, il faut prendre le temps de réfléchir et se questionner face à nos habitudes de consommation. Avons-nous réellement besoin de tel ou tel produit? Si oui, pourrions-nous l’emprunter? Est-ce possible de le trouver sous forme de vrac? Existe t-il une qualité supérieure plus durable? Quelle genre d’entreprise encourageons-nous en faisant cet achat? Etc. Le but ultime, acheter des produits qui perdureront dans le temps. Nous devons remplacer le jetable par du durable.

1.2. Réparer au lieu de jeter
Parlant de durabilité, nous avons souvent le réflexe de jeter ce qui aurait pu être réparer. Réflexe popularisé au 19e siècle par les grandes compagnies en quête de profit. Nous vivons actuellement à l’ère du jetable. C’est l’apogée de l’usage unique. Il est donc essentiel de prendre conscience de nos vieilles habitudes pour pouvoir les changer. Nous devons prendre le temps de réfléchir et étudier les solutions face aux objets brisés. Il est aussi possible de faire appel à des ressources externes.

 

1.3. DIY (Faites-le vous-mêmes)
Depuis quelques années nous entendons beaucoup parler de DIY (Do It Yourself). Cette façon de faire consiste à réaliser soi-même ses produits, ses travaux ou autres projets en tous genres. Le but étant de limiter l’achat de produits suremballés tout en répondant à ses propres besoins. Cela permet non seulement d’éviter les déchets, mais aussi d’économiser beaucoup de sous au fil des ans!

1.4. Un mouvement collectif
C’est en faisant des choix éclairés que nous arriverons à réduire notre empreinte écologique. Bien sûr, quelques individus ne changeront peut-être pas grand chose à la donne. Par contre, si cette façon de penser et de faire devient collective, le résultat sera exceptionnel.

R #2 : RÉUTILISER

2.1. Donner au suivant
Lorsque vous possédez des objets dont vous n’avez plus besoin ou que vous n’aimez tout simplement plus, donnez-les ou vendez-les au lieu de les jeter. Cela permettra à quelqu’un d’autre de bénéficier de ces objets et de leurs redonner vie.

2.2. Transformer pour réutiliser
Ils existent plusieurs façons de réutiliser les objets « normalement » destinés aux ordures. Il faut seulement faire preuve d’inventivité (ou encore naviguer sur Pinterest). Par exemple. Réutiliser un pot de mayonnaise grand format pour en faire un contenant à céréales. Garder les sacs plastique (pain, bagel, fruits congelés, etc.) pour conserver les légumes frais. Partir des semis dans des rouleaux vides de papier de toilette. Etc.

Il est aussi très amusant et enrichissant de bricoler avec les enfants à partir d’objets récupérés. Ça ne coûte rien et ça stimule l’imagination.

R #3 : RECYCLER

3.1. Tout n’est pas recyclable
De nos jours, nous avons la chance d’avoir accès à un service de collecte des matières recyclables. Par contre, il faut savoir qu’il y a tout de même une façon de recycler. Les matériaux mixtes (ex. : boîte de carton avec fenêtre de plastique) sont majoritairement rejetés et plusieurs types de plastiques sont non recyclables. Pour connaître les matières recyclables, consultez la charte de Recyc-Québec.

Sur une autre note, il est vrai de dire que le recyclage a prit beaucoup d’ampleur au courant des vingt dernières années. Par contre, il reste au final beaucoup de notre recyclage qui ne sera jamais réincorporé dans le cycle et qui finira enfoui ou brûlé.

Somme toute, il vaut mieux viser les deux premiers R que le troisième. Ainsi, nous sommes certains d’éviter d’envoyer aux poubelles ce qui auraient pu servir à autre chose.

3.2. Les matières dangereuses
En ce qui concerne la récupération des matières dangereuses (piles alcalines, peinture, huiles usées, etc.), il existe plusieurs centres où il est possible de les déposer. Ces derniers redirigeront pour vous les matières là où elles doivent se rendre.

3.3. Matériel informatique
Avant de jeter vos vieils ordinateurs et imprimantes désuètes, apportez-les dans les centres spécialisés en récupération de ce genre. C’est totalement gratuit et ça permet de réutiliser ce qui est encore bon dans vos appareils.